De l’utilité d’une chape convenablement réalisée

Par Cogebat le 30 janvier 2014 dans Étanchéité
0
0

La chape, une protection pour votre sol, un atout pour votre bien-être.

Dans la construction d’une maison, la préparation du sol est une étape aussi délicate que nécessaire.

Qu’est-ce qu’une chape?

La pose d’une chape est une étape obligatoire dans la construction d’un bâtiment. De quoi s’agit-il ? D’un procédé visant à permettre l’obtention d’une surface parfaitement plane au sol grâce à l’application d’une couche de mortier. Cette opération est indispensable pour que puisse être envisagée la pose ultérieure d’un revêtement, qu’il s’agisse d’un parquet, d’un carrelage ou bien encore d’un sol en vinyle ou stratifié.

Il existe plusieurs types de chape, traditionnelles ou de carreleur, minces ou fluides mais également dites de ravoirage. Si toutes ne sont pas mises en place dans le but d’accueillir un revêtement particulier, elles ont en revanche vocation à façonner un sol dont la surface sera régulière et encline à recevoir diverses structures.

Un moyen de renforcer l’étanchéité et de lutter contre la remontée d’humidité

Le fait de couler un mortier ou un béton sur la surface d’un sol contribue à la mise en œuvre de l’étanchéité. Afin de combattre au mieux une potentielle remontée d’humidité, il convient encore de procéder à l’isolation du sol via la pose de panneaux isolants sur lesquels le mortier sera déversé. Celui-ci peut être constitué de liants dits hydrauliques et grâce auxquels le sol se trouvera imperméabilisé. Aussi le carrelage ne risquera-t-il pas de se briser si le sous-sol est trop humide.

Quand et comment la réaliser?

Si l’on peut considérer qu’il y a plusieurs écoles en la matière, l’on s’accorde généralement sur le fait qu’elle doit être réalisée au terme des travaux, c’est-à-dire une fois les cloisons montées, les bâtis posés et l’isolation achevée.

L’épaisseur de la couche de mortier oscille généralement entre trois et huit centimètres. Il est impératif de garder à l’esprit qu’une chape trop fine risque de se fendiller et qu’elle se muera en dalle si elle est trop épaisse.

Par ailleurs, il n’est possible d’utiliser cette couche de mortier pour dissimuler des canalisations ou des gaines qu’en réalisant une chape de ravoirage. Quoi que l’on choisisse, la couche de mortier ne pourra être « tirée » qu’une fois le support nettoyé et la hauteur de la couche reportée sur l’ensemble des murs de la pièce concernée.

Pour garantir l’adhérence du sol au ciment qui va venir le couvrir, une armature peut être posée ou la surface simplement traitée de manière à s’empreindre d’une rugosité qui permettra l’accroche.

Qui pour la réaliser?

Si l’on est un peu bricoleur, si la règle, la truelle et la taloche nous sont familiers, il est possible de se lancer dans une telle entreprise, après avoir recueilli ici et là quelques conseils avisés.

Le plus sage cependant serait de faire appel à un chapiste, un maçon ou un carreleur. Bref – à un professionnel. La tâche n’est pas aussi aisée qu’on pourrait le croire et implique des contraintes multiples ; le temps de séchage impose notamment une planification rigoureuse des travaux.

Demandez conseil à COGEBAT, le spécialiste des travaux de maçonnerie.  COGEBAT est un entrepreneur général expérimenté pour vos constructions sur mesure et rénovations en Brabant wallon!

Contactez COGEBAT >

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*