Isolation – généralités

Par Pascal Vandermeulen le 15 juin 2014 dans Isolation
0
0

 L’isolation, pour une bonne performance énergétique de la maison.

Quels sont les principes de base à connaître pour bien faire isoler sa maison?

L’isolation thermique, quelles applications?

On a tendance à penser par premier réflexe à l’isolation de nos murs. Qu’ils soient neufs ou anciens, en mur mixte ou pleins, il y a aujourd’hui des solutions techniques pour chaque type d’édifice de mur. Il n’y a pas si longtemps, la laine minérale était couramment utilisée comme isolant entre parois de mur mixte, mais ce sont actuellement les matériaux rigides en PUR (polyuréthane) ou PIR (polyisocyanurate) qui proposent les meilleures performances thermiques.

Cette performance thermique, caractérisée par sa résistance thermique R, dépend de deux paramètres : sa conductivité thermique et son épaisseur.

Pour information:

  • Résistance thermique (R) : pour rendre compte de l’isolation thermique d’un matériau, on a besoin de connaître la résistance aux flux de chaleur (m2.K/W) présentée par ce matériau d’épaisseur donnée. Plus la résistance thermique R est grande, plus le matériau est isolant.
  • Conductivité thermique ( λ ) : la conductivité thermique lambda ( λ ) est la quantité de chaleur W/m.K pouvant être transférée dans un matériau en un temps donné. Plus la valeur λ est petite, plus le matériau, à épaisseur égale, est isolant.

En terme d’applications, on retrouve l’isolation également:

  • au niveau des sols en sous couche, avant pose du revêtement de finition
  • en toiture inclinée entre voligeage de versants mais aussi, en raccord de la toiture avec les murs
  • en gitage de plafond d’étage
  • en toiture plate
  • dans les maçonneries enterrées
  • sous forme gazeuse, dans les vitrages de châssis

Isolation des murs

Composés de panneaux rigides en PUR ou PIR, d’épaisseur variable, nous plaçons ces panneaux au moyen de fixations mécaniques. Lorsque par le fait du chantier, l’épaisseur d’isolation est supérieure à 14cm, la pose se fait en 2 couches croisées, alternées. Chaque couche est fixée mécaniquement. Pour garantir l’étanchéité à l’air, chaque raccord de panneau est recouvert d’une bande autocollante à forte résistance.

Cette mise en oeuvre suppose que le support soit parfaitement plane et exempt d’aspérités pour assurer la continuité d’isolation et l’absence de pont thermique. De plus la pose de cet isolant doit se faire de face, devant le mur à isoler, en l’occurrence la face extérieure de la maçonnerie de structure, pour être complètement efficace; contrairement aux habitudes du secteur « clé sur porte » qui réalise ses maçonneries de structure et de parement en une seule phase et ne permet pas de garantir une pose correcte de l’isolant par sa fixation mécanique et les raccords étanches à l’air entre chaque panneau d’isolation.

Notre technique possède le double avantage d’isoler thermiquement les parois et d’éliminer les phénomènes de ponts thermiques.

Ces fameux ponts thermiques sont une source importante de déperditions de chaleur. Ils sont également la source de phénomènes de condensation naturelle à l’intérieur des parois – aux endroits où elles sont plus froides et en contact avec l’air chauffé à l’intérieur du local. Cette condensation peut abîmer ou dégrader le revêtement des parois intérieures tel le plafonnage.

Isolation intérieure et extérieure

Dans le cadre de travaux de rénovation, nos anciennes façades étant la plupart du temps réalisées en maçonnerie pleine de briques sur toute l’épaisseur de la paroi, deux techniques sont utilisées:

  • l’isolation par l’intérieur, soit par doublage de cloison ou mise en oeuvre directement sur le mur de matériaux isolants en fibres de bois ou béton cellulaire par exemple
  • l’isolation par l’extérieur, soit au moyen d’un crépis sur panneaux d’isolant fixé à la façade, ou encore un contre-mur neuf et isolé qui vient définitivement recouvrir l’ancien mur.

Pour des constructions en mur mixtes mais non isolées ou peu isolées, il existe la possibilité de recourir aux injections de mousse de polyuréthane (PUR) dans la coulisse du mur, c’est-à-dire le vide crée entre la maçonnerie de structure en bloc et le parement extérieur en briques. En fin de travaux, il est recommandé de demander l’inspection par caméra thermographique pour s’assurer du remplissage complet de la coulisse de mur au risque de provoquer des points de condensation. Voyez pour cela le site de notre confrère AA&AR Isolation

0 Commentaire

Ajouter un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*